bd haut 2
bd haut 1
agrandir le texte retrecir le texte imprimer article

Expression de Courtry Citoyenne

Expression de Courtry Citoyenne

Nicolas Hulot, désormais ex-ministre de l’écologie, ne nous avait pas entendus concernant le Fort de Vaujours. Il ne pouvait malheureusement pas en être autrement, à l’image de tant d’autres dossiers environnementaux. Le comportement du chef de l’Etat et l’orientation politique ultra libérale de son gouvernement ne sont en effet pas compatibles avec la mise en œuvre d’une transition écologique et un traitement responsable, digne et ambitieux des problèmes environnementaux.

La présence de Hulot n’aura servi, pendant plus d’un an, qu’à masquer l’absence d’engagement de Macron sur les questions écologiques, qu’à cautionner les beaux discours d’illusionniste. Mais un homme seul ne peut rien, d’autant plus dans un système vérolé.

Pire, ce début de quinquennat aura été le théâtre des petits arrangements et des grands renoncements : non-interdiction du glyphosate, importation d’huile de palme, non-choix en matière de transition énergétique, accord économique et commercial global CETA, cadeaux faits au lobby de la chasse, part du rail en chute libre…

Nous devons pourtant relever des défis capitaux concernant les effets sur la santé de nos modes de vie (alimentation, toxicité de nombreux produits…), le dérèglement climatique, l’effondrement de la biodiversité, les émissions de gaz à effet de serre, la production et la gestion des déchets, le danger du nucléaire et ses conséquences, etc…

C’est le capitalisme et le productivisme qui détruisent l’écosystème compatible avec la vie humaine. Il faut donc changer de modèle économique de production, de consommation et de distribution. Il faut créer les conditions d’une production socialement utile et écologiquement soutenable plutôt qu’encourager la compétition généralisée au nom d’un modèle archaïque et destructeur.

Face à l’urgence écologique, nous devons inscrire la règle verte dans la Constitution : l’obligation, à l’échelle de la France, de ne pas prélever sur la nature plus de ressources renouvelables que ce qu’elle peut reconstituer, ni de produire plus que ce qu’elle peut supporter. Cela comprend la préservation de la biodiversité, ainsi que la diminution par quatre des émissions de gaz à effet de serre et 100 % d’énergies renouvelables et le zéro déchet d’ici 2050.

Conseiller municipal : Grégory Jurado – 0662115145 – courtrycitoyenne77@gmail.com